Embauche des personnes handicapées : il y a encore du travail

Quel regard portent les professionnels des ressources humaines sur les personnes en situation de handicap ? Leur embauche est-elle définitivement inscrite dans les mœurs ? Dans la continuité de la semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées, l’enquête « emploi et handicap, les réalités du marché »* apporte quelques éléments de réponse.

articleImage

« Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d'activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d'une altération substantielle, durable ou définitive d'une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d'un polyhandicap ou d'un trouble de santé invalidant. » rappelle la loi N°2005-102 pour « l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ». Cette loi, qui impose aux entreprises de plus de 20 salariés d’embaucher un minima de 6% de personnes handicapées, a sans doute contribué à changer les mentalités : 76% des professionnels des ressources humaines interrogés estiment effectivement que leur regard a évolué de façon positive au cours des dernières années, et 51% déclarent avoir été directement incités par cette loi à recruter des personnes en situation de handicap. Mais si l’idée semble faire son chemin, l’embauche des travailleurs handicapés est encore mal appréhendée. En effet, le processus d’emploi d’une personne handicapée est jugé difficile pour 63% des professionnels des ressources humaines interrogés, et 42% estiment le minima imposé par la loi irréaliste, voire même très irréaliste pour 9% d’entre eux. Ceux-là craignent parfois que le handicap empêche une totale adéquation avec le poste (pour 58%), que les aménagements ou les équipements de l’entreprise ne soient pas suffisamment adaptés (48%) ou encore, que la productivité ou la possibilité de polyvalence ne soit pas satisfaisante (38%). Aveux plus flagrant, un professionnel sur quatre admet n’avoir jamais employé une personne handicapée et 6% des acteurs des ressources humaines travaillant au sein d’une entreprise de plus de 250 salariés ont avoué ne pas connaitre la loi sur l’égalité des droits et des chances. Il faut donc continuer la sensibilisation, et dans le cadre de l’étude, les professionnels de l’emploi avancent eux-mêmes une suggestion. Selon eux, rencontrer individuellement des personnes handicapées inciterait plus fortement les professionnels des ressources humaines à comprendre et à s’adapter aux problèmes rencontrés par les travailleurs handicapés qu’une campagne de publicité classique. Pour eux, « aider les salariés à se faire reconnaitre en tant que personne handicapée » est la clé de voute d’une meilleure intégration. Tel est en tous cas le verbatim employé le plus souvent, et peut-être l’axe à privilégier ces prochaines années pour améliorer l’intégration des travailleurs handicapés au sein des entreprises. *Etude réalisée auprès d’un échantillon de 526 membres Viadeo, interrogés entre le 26 et le 29 octobre 2015.